Commentaires fermés

François Dubet : « Réformes : le pire s’est produit »

François Dubet, sociologue, livre sur le Café pédagogique, son analyse sur les réformes de Xavier Darcos et sur la réaction à celles-ci, analyse avec laquelle je suis entièrement d’accord. En voici l’accroche du Café :

« Le pire s’est produit. Les réformes les plus conservatrices et les plus autoritaires sont passées au prix de quelques cadeaux et de quelques résistances, pendant que la réforme la plus innovante est tuée dans l’œuf. On pourra toujours accuser le ministre qui aurait pu être plus adroit, plus conciliant ou plus ferme… Mais on sait aussi que ses prédécesseurs n’ont pas toujours fait mieux et que l’éducation nationale est profondément paralysée. Il y a quelque chose de tragique dans cette histoire, c’est de voir un système, bien plus que tel ou tel de ses acteurs, travailler obstinément à son propre affaiblissement ».

Lire l’intégralité.

Commentaires fermés

Étienne Klein : allons-nous liquider la science ?

Information trouvée sur le Mathoscope.

À l’occasion de la sortie de son essai Galilée et les Indiens, portant sur le divorce entre la science et la société, Étienne Klein donne une entrevue très intéressante au site L’@mateur d’idées.

On y parle d’indiens, de Galilée, de relativisme et de scientisme, de la désaffection des étudiants pour les sciences et de tout un tas d’autres choses.

C’est ici.

Bonnes fêtes.

Commentaires fermés

L’année 2008 en photographies

In this June 27, 2008 file photo, a man runs next to balloons placed at Copacabana beach, in Rio de Janeiro. Demonstrators released around 4,000 red balloons during an event representing the 4,000 people who were expected to become victims of violence over the next six months. (AP Photo/ Ricardo Moraes)

Le site The Big Picture, qui pendant l’année publie chaque semaine un reportage photographique avec des images généralement magnifiques, propose une rétrospective en trois épisodes (photographiques bien sûr) de l’année 2008.

C’est ici :

La touche F11 vous permet d’afficher les images en plein écran et les touches J et K vous permettent de naviguer entre les photos.

Pas de mathématiques là-dedans ? Ah non, tiens.

Commentaires fermés

Lycée fermé

Sauf erreur de ma part, la décision a été prise de fermer le lycée à partir de midi.

Il paraît difficile de maintenir le devoir de TES1 vendredi.

Il est repoussé à la semaine de la rentrée. On en reparlera le lundi 5 janvier.

Bonnes vacances !

Commentaires fermés

La réforme du lycée repoussée (maj le 16/12)

La veille de la conférence de presse où Xavier Darcos devait détailler les derniers arbitrages rendus, le ministre annonce l’annulation de la conférence et le report de la réforme. En théorie, il s’agit de laisser du temps à la concertation. Dans la pratique, rares sont les réformes repoussées (en tout cas concernant l’Éducation Nationale) qui ont été appliquées un jour.

On peut donc parier sur un report sine die.

Pourtant…

Pourtant, la veille, dans le journal du dimanche, où le ministre annonçait dans une entrevue quelques-uns de ces arbitrages, les nouvelles étaient plutôt bonnes :

Seulement voilà, la volonté globale de supprimer 13 000 postes et la disparition programmée des RASED ont probablement fait douter de la sincérité du ministère quant aux buts de la réforme du lycée, à moins que ce ne soit les commentaires du ministre, assez désobligeants, sur les mouvements actuels dans les lycées qui aient été la goutte d’eau. Ce matin le mouvement s’étendait (mon lycée était bloqué à 8h00)… et le ministre retire repousse sa réforme.

Moi, je commençais à bien l’aimer cette réforme (avec les derniers arbitrages et sans encore savoir ce qu’il allait devenir des heures en groupe, essentielles pour gérer un peu l’hétérogénéité), mais bon, elle était difficile à défendre dans le contexte général actuel.

Finalement, parmi toutes les « réformes » de Xavier Darcos, à savoir …

… c’est la mesure la plus progressive (ou la moins régressive) qui a mobilisé, la seule sur laquelle il a reculé…

Commentaires fermés

Réforme du Lycée : les réponses du ministère aux questions de l’APMEP

Des représentants de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (APMEP) ont été reçus le 28 novembre 2008, au Ministère de l’Education Nationale, par Mark Sherringham. Cinq questions ont été posées :

  1. Nous demandons d’abord des éclaircissements sur l’organisation des enseignements d’exploration et d’approfondissement. Nous ne comprenons pas la signification des diverses couleurs dans les tableaux donnés en exemples.
  2. Nous demandons des précisions sur l’horaire de l’enseignement général : nous répétons notre demande d’un enseignement de 4 heures pour tous les élèves, et nous expliquons pourquoi tous les professeurs de mathématiques sont extrêmement attachés au maintien d’une heure dédoublée. Son abolition interdirait en particulier tout travail devant un ordinateur, et le côté artisanal de l’apprentissage des mathématiques impose une intervention individuelle du professeur qui est impossible en classe entière.
  3. Comment seront évalués les modules, et cette évaluation jouera-t-elle un rôle dans l’orientation ?
  4. Nous exposons en détail nos propositions pour l’enseignement optionnel, en montrant à Mark Sherringham le travail exposé deux jours auparavant lors du colloque « Avenir de l’enseignement des mathématiques ».
  5. Concernant le cycle terminal, nous n’avons aucune information supplémentaire.

Pour le compte rendu de l’entrevue voir la suite.
Lire la suite de cet article »

Commentaires fermés

Avenir de l’enseignement des Mathématiques

Le Café pédagogique met en ligne un reportage sur un colloque intitulé « Avenir de l’enseignement des Mathématiques ».

En voici l’accroche :

L’enseignement des mathématiques est à un tournant. Son échec à susciter de véritables vocations scientifiques en nombre est patent, même si le phénomène a un aspect sociologique international. Son échec, aussi, à se rendre attrayant aux yeux des élèves est tout aussi évident ». Le colloque sur l’avenir de l’enseignement des maths réuni à Paris les 26 et 27 novembre, a réuni une assemblée composée de professeurs, d’universitaires et d’inspecteurs. Ils ont travaillé pendant deux jours sur le thème de l’avenir de l’enseignement de la discipline mathématique. Plusieurs conférenciers ont présenté leurs idées sur ce thème, l’après-midi du mercredi étant consacré à un travail en ateliers.

L’intégralité du reportage.

J’ai choisi d’en rapporter les conclusions :

Un certain nombre de points sont revenus de manière récurrente lors de ce colloque, et n’ont guère suscité d’opposition :

  • d’abord le constat que l’enseignement des mathématiques est à un tournant. Son échec à susciter de véritables vocations scientifiques en nombre est patent, même si le phénomène a un aspect sociologique international. Son échec, aussi, à se rendre attrayant aux yeux des élèves est tout aussi évident, malgré la réflexion qui a sous-tendu les programmes mis en œuvre depuis dix ans ;
  • aussi, les interventions ont-elles cherché des solutions dans l’évolution des contenus d’enseignement (mathématiques discrètes, probas-stats, voire informatique), et dans les modalités (appui sur les autres sciences) ;
  • la philosophie de cet enseignement a aussi été évoquée à plusieurs reprises, tant est claire l’inadaptation du cadre d’enseignement, la façon dont les programmes sont écrits et la pédagogie qui leur est faite.

Ces constats sont d’autant plus intéressants qu’ils ont été faits dans une instance convoquée par l’Inspection Générale, et où presque tous les IPR de maths étaient présents. Pas une voix ne s’est élevée pour défendre une conception de l’enseignement des mathématiques où les contenus priment sur tout le reste, ce qui a pu sembler être parfois celle d’antan, et qui reste peut-être encore trop souvent le point de vue dominant en salle des profs.

Bien sûr, tout un chacun sait que le donneur d’ordre ne réside pas à l’Inspection Générale, mais plutôt dans le cabinet du Ministre, voire dans celui de la Présidence ; de ce fait, les perspectives à court terme ne sont pas encourageantes ; mais, néanmoins, les élus passant, et les enseignants restant, alors, si les idées ont évolué, on peut, à réfléchir avec tous les animateurs de ce colloque, se prendre à rêver à un avenir meilleur pour l’enseignement des mathématiques…

Beaucoup de liens sur la page, dont un vers un document, trace d’une conférence d’Yves Chevallard en 2006, qui a compté (et beaucoup compté) parmi mes formateurs IUFM et qui mérite le détour, tant et si bien que je me suis autorisé à la mettre dans la bibliothèque du site.