Le graphe comme outil pour enseigner la preuve et la modélisation

Je suis tombé, sur TEL, serveur de thèses interdisciplinaires, sur une thèse de Léa Cartier de didactique sur l’enseignement des graphes intitulée Le graphe comme outil pour enseigner la preuve et la modélisation (19.85 MB) qui me semble très intéressante (je n’en ai encore lu que le premier quart mais c’est passionnant) et qui n’intéressera pas que les enseignants en spécialité mathématiques en Terminale ES, même si ce sont les premiers concernés.

En voici l’accroche :

La raison initiale du sujet de cette thèse est l’introduction, pour la première fois en France, d’éléments de théorie des graphes dans un curriculum de l’enseignement secondaire, à savoir celui de la spécialité mathématiques de la Terminale économique et sociale (ES) en 2002.
Après une brève étude historique de la genèse – relativement récente – du graphe en tant que concept mathématique et de la signification épistémologique de cette genèse, nous analysons les choix faits pour la transposition de ce concept, en particulier les énoncés proposés aux élèves, qui montrent le décalage entre les intentions affichées et la réalité. Cette partie du programme de terminale ES se particularise par sa mise en œuvre « axée sur le seule résolution de problèmes ».
Or, nous montrons que les manuels scolaires sont dans ce chapitre composés d’exercices et non de problèmes. L’enseignement de théorie des graphes, s’il se limite à la résolution, locale, de ces exercices ou de « casse-tête » mathématiques, ne permet pas aux élèves de comprendre les concepts mathématiques sous-jacents ni surtout d’accéder au sens du raisonnement mathématique (en particulier autour de la modélisation et de la preuve) et à la richesse de la démarche scientifique, ce qu’aurait dû permettre ce domaine facilement abordable des mathématiques.
Une étude théorique et expérimentale du problème de « parcours eulériens dans les graphes » a ensuite été menée, du primaire au supérieur, sous des formes différentes (situations-recherche en classe avec ou sans support matériel, étude de documents). Des éléments didactiques ont aussi été tirés de deux stages de formation d’enseignants en théorie des graphes pour la Terminale ES.
Ces différentes études nous ont conduit à proposer un nouvel ensemble organisé de problèmes à destination des enseignants de Terminale ES, accompagnés de leur résolution et d’analyses didactiques qui attestent que des mathématiques plus consistantes peuvent être abordées et construites sur ce thème.

J’ai bien sûr ajouté ce document dans la bibliothèque du site. Attention il est volumineux (338 pages, 19,8 Mo).

Si vous avez apprécié cet article, s'il vous plait, prenez le temps de laisser un commentaire ou de souscrire au flux afin de recevoir les futurs articles directement dans votre lecteur de flux.

Commentaires

Pas encore de commentaire.

Désolé, les commentaires sont clos pour le moment.